Préserver

PCAET

 

CONSTRUISONS NOTRE PLAN CLIMAT AIR ENERGIE TERRITORIAL

 

Participez !

 

Partagez vos idées, remarques et avis en cliquant sur le lien suivant : info@coeurcotefleurie.org   

Des réunions publiques seront organisées à partir du mois de janvier.

Suivez-nous régulièrement sur Facebook pour participer au projet.

 

 

Le climat change et nous aussi !

  • 2015 : Accords de Paris de la COP 21 : Les Etats s’engagent à maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C à l’horizon 2100.
  • 2015 : La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte fixe des objectifs à l’horizon 2030. Soit 12 ans pour réduire de 40% nos émissions de gaz à effet de serre, réduire de 20% notre consommation énergétique finale,  et porter à 32% la part du renouvelable dans notre consommation finale d’énergie.
  • Aujourd’hui : Les habitants de Cœur Côte Fleurie traduisent cet objectif en projets sur leur territoire à travers le Plan Climat Air Energie Territorial.

 

 

Un Plan Climat Air Energie Territorial pour quoi faire ?

Le PCAET engage les communautés de communes de plus de 20 000 habitants. Il permet de contribuer plus efficacement à la lutte contre le dérèglement climatique et renforce l’indépendance énergétique de notre pays. Sa mise en œuvre, créatrice d’activités et d’emplois, est l’opportunité de nous engager pleinement pour une croissance verte, de donner du pouvoir d’achat en réduisant les factures énergétiques, de générer de la compétitivité et des emplois non délocalisables, et de préserver la santé publique.

 

Les ambitions du PCAET sont les suivantes :

  • Améliorer l’efficacité énergétique
  • Valoriser les potentiels d’énergie de récupération
  • Développer les énergies renouvelables
  • Réduire les émissions de polluants atmosphériques
  • Développer le potentiel de séquestration du CO2
  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre
  • Développer les réseaux de chaleur et de froid
  • Maîtriser la demande en énergie et lutter contre la précarité énergétique
  • Analyser la vulnérabilité et adapter le territoire au changement climatique
  • Développer les possibilités de stockage des énergies
  • Optimiser les réseaux de distribution d’électricité, gaz et chaleur

 

 

Notre Plan Climat Air Energie Territorial s’appelle : Changeons ! Ensemble, Ici & Maintenant

ENSEMBLE

La concertation autour de ce projet a été lancée cet été auprès d’acteurs locaux, puis dans un second temps, chacun pourra s’exprimer et prendre part à des réunions publiques. Cette concertation vise à définir un Plan Climat Air Energie Territorial  qui fixe des objectifs pour le territoire et engage nos actions jusqu’à l’horizon 2030. Construisons-le ensemble !

 

ICI
La bonne échelle pour agir est celle où l’on est efficace. Cette règle guide l’action de l’intercommunalité depuis près d’un demi-siècle de travail en collaboration.

Pour les élus communautaires, le défi climatique n’est pas juste une compétence supplémentaire mais une grande responsabilité : il s’agit de faire naître les actions pour penser l’après-carbone et encourager les initiatives locales.

 

MAINTENANT

En n’achetant et en ne jetant plus comme hier, nous avons déjà transformé certaines de nos habitudes et nous avons pris conscience de notre implication dans le changement du climat.

Comment aller plus loin ?
Comment agir concrètement contre le réchauffement de notre planète ? 

 

 

Les étapes de la construction du PCAET

Après une phase de diagnostic, la communauté de communes va définir, en parallèle de la concertation, les objectifs et la stratégie du plan Changeons ! Elle mettra ensuite en œuvre les actions sur le territoire.

 

 

 

Retrouvez ici la délibération de lancement du 16 décembre 2017.

 

Un diagnostic, pour prendre du recul

Tenant compte de la spécificité touristique et économique du territoire, des experts* ont réalisé un état des lieux et défini des axes de réflexion stratégiques pour l’énergie, la mobilité et l’adaptation du territoire au changement climatique. Ce diagnostic, présenté aux élus communautaires en mai 2018,  a donné le départ de la concertation avec des acteurs locaux.

 

* Le diagnostic a été réalisé par le SDEC Energie (Syndicat Départemental d’Energies du Calvados), le Cerema (Centre d’Etudes et d’Expertises sur les risques environnementaux, la mobilité et l’aménagement) et l’AURH (Agence d’Urbanisme de la Région Havraise).

 

 

La concertation citoyenne, pour être acteurs du changement !

Cet été, la concertation a été lancée auprès d’acteurs locaux, puis dans un second temps, chacun sera invité à s’exprimer et à prendre part à des réunions publiques. Les idées et les initiatives seront la feuille de route pour co-construire un programme d’actions concrètes.

Changeons ! fera naître les idées pour penser l’après-carbone, encourager les initiatives locales et réunir les volontés. Cette responsabilité, partagée par nos 12 communes, s’inscrit dans le respect de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte. Ambitieux et réaliste, il fixera le cap des objectifs à atteindre à l’horizon 2030 et les actions à mener.

 

 

Bulletin de santé de notre territoire 

 

Energie & Gaz à effet de serre

/////

Supérieur à la moyenne du département

Une consommation d’énergie par habitant supérieure à la moyenne de la région et du département.

Une part importante de l’énergie consommée par le transport routier (34%).

Une part importante des consommations électriques (24% contre 16% pour le département) liée principalement aux modes de chauffage des résidences secondaires.

Avec ses forêts (dont celle de Saint-Gatien-des-Bois), le territoire bénéficie d’un fort potentiel de séquestration de carbone.

 

Dans la moyenne du département

La part de la consommation énergétique due aux bâtiments (résidentiel et tertiaire) est de 39%.

Entre 2005 et 2014 : baisse de 8% des consommations d’énergie totales.

Malgré la faible part de l’industrie et de l’agriculture, les émissions de gaz à effet de serre s’élèvent à 10,5 kg teq CO2 / habitant. 

 

Inférieur à la moyenne du département

Une faible part du secteur industriel dans la consommation énergétique du territoire (2%).

Très faible part de production d’énergies renouvelables (2,2% de la consommation d’énergie finale du territoire).

 

En bref,

Avec ses caractéristiques saisonnières, touristiques et résidentielles, notre territoire se montre plus énergivore que ses voisins malgré une faible part de l’industrie et de l’agriculture. L’électricité pour chauffer les résidences secondaires (68% des logements) ainsi que l’intensité du trafic routier sont les principaux consommateurs d’énergie. Ainsi, les consommations d’énergie sont responsables de 88% de nos émissions de gaz à effets de serre.

La baisse globale de la consommation d’énergie de 8% opérée ces dernières années en France, se vérifie sur notre territoire qui a profité des avancées technologiques et a su s’engager dans un cercle vertueux  pour mieux consommer l’énergie et investir durablement. Pour autant, le potentiel de production d’une énergie locale et renouvelable reste à explorer.

 /////

Air & Mobilité

/////

Une forte amplitude de la population 

De 21.000 habitants (en semaine, basse saison) à 120.000 en pleine saison touristique. Une moyenne annuelle de 60 000 à 75 000 habitants « permanents ».

 

Un territoire hyperactif

Les actifs venant travailler.

Les scolaires, les professionnels, les marchandises.

Les touristes et visiteurs.

L’aéroport de Deauville Normandie a accueilli 3.000 appareils en 2017 d’où se sont envolés plus de 163.000 passagers.

 

Les déplacements par jour        

Près de 76.000 déplacements par jour,  soit 3,6 déplacements par personne.

La voiture concerne 72% des déplacements (22% la marche à pied, 3% les transports en commun, 1,2% le vélo).

La distance moyenne d’un déplacement est de 6,4 km.

 

Un air peu pollué

Polluants de l’air (ou polluants atmosphériques) : toutes les quantités sur Cœur Côte Fleurie sont inférieures aux moyennes départementales.
                       

En bref,

Territoire d’attractivité, mais aussi territoire de l’automobile… La combustion de nos moteurs est responsable de 46% de nos émissions de gaz à effet de serre. La voiture concerne 72% de nos déplacements quotidiens. La mobilité est un levier essentiel pour diminuer efficacement notre impact sur le réchauffement climatique. 

 

Gaz à effet de serre et pollution atmosphérique

 
Nos gaz à effet de serre ont des conséquences globales à travers le monde, ils ont des impacts sur les activités économiques et les déplacements des populations.

La pollution atmosphérique a des effets directs sur la santé des habitants (maladies respiratoires et cardiovasculaires) et sur les activités agricoles (baisse des rendements).

 

 /////

Adaptation au changement climatique

/////

Projections sans politique climatique à l’échelle du territoire :

  • Baisse globale de la pluviométrie à l’échéance de 2100
  • Baisse du nombre de jours de pluie
  • Augmentation d'événements de précipitation intenses
  • Augmentation de la durée des périodes sèches
  • Accélération de l’élévation du niveau de la mer

 

Impacts :

  • Augmentation des mouvements de terrain
  • Accélération de l’érosion côtière et phénomènes ponctuels d’accrétion (progression de l'espace terrestre sur l'espace marin, par les dunes qui avancent sur la côte).

 

Rappel de l’évolution des températures en Normandie :

  • Température de l’air entre 1850 et 2010 : 1°
  • Température de l’eau entre 1980 et 2012 : 1°

 

En bref,
La côte fleurie est un territoire d’aléas naturels. Exigeante, la nature s’y exprime avec force depuis toujours, et l’homme n’a eu de cesse de  s’y adapter avec son bon sens de marin, de paysan ou d’architecte. Le réchauffement de la planète induit une accélération des phénomènes climatiques, tant dans leur fréquence que dans leur ampleur. L’exigence d’adaptabilité  se renforce et exigera de retravailler sur l’organisation spatiale du territoire. A nous de maintenir et développer les actions déjà initiées (Plan Local d’Urbanisme intercommunal, Plans de Prévention des Risques, gestion du ruissellement, mise en œuvre de la GEMAPI) mais aussi d’imaginer des mesures pour faire face à la survenue de pluies torrentielles comme à la raréfaction de la pluie sur le long terme.

 /////

 

 

 

Posez vos questions concernant la collecte des déchets ménagers >>>
Découvrez Sophie !
Découvrez Sophie